lundi 18 avril 2016



Cycle Urbanisme et citoyenneté

3° conférence débat.

Coup de chaud sur l’agriculture et les forêts en PACA.

Les effets du changement climatique sur la végétation : à quoi faut-il s’attendre ?


Samedi 23 avril 2016 à 16h

Centre culturel de Saint Raphaël

Salle Mistral

avec la participation de Bernard Seguin, chercheur à l’INRA d’Avignon, contributeur du GIEC,

 
Pour participer réservez par mail.
  
Participation aux frais : 5 euros



Association EME - Contact : eme@mailoo.org                                                                      Site Web http://eme83.org
Programme de la troisième rencontre citoyenne.

L’intervenant est signataire de l’appel lancé par 400 scientifiques français aux instances de la Recherche française en leur demandant de prendre position dans la polémique sur la science climatique. Maintenant à la retraite, il a été  responsable à l’Inra de la Mission sur le changement climatique et l’effet de serre. Il a contribué aux rapports du GIEC (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat). Son ouvrage « Coup de chaud sur l’agriculture » sera en vente sur place. Nous ferons par ailleurs appel à divers spécialistes de notre agriculture et de nos espaces naturels locaux. L’intervenant, Bernard SEGUIN.
Au programme de cette conférence : l’effet de serre et les projections climatiques, les effets sur la végétation, les projections pour la région, les observations récentes. Si le réchauffement se limite à +2° C ou + 3° C, le minimum prévu par les experts internationaux, l’agriculture sera capable de s’adapter. Les inquiétudes s’aggravent avec les scénarios les plus pessimistes, dans le cas où le réchauffement atteindrait + 4 à 5° C. Mais qu’est ce que cela veut dire pour nous, habitants du territoire de la CAVEM ? Les vignes, par exemple, vont-elles disparaitre ? Verra-t-on des champs de maïs en Laponie ou des vendanges au nord du Danemark ? Les terroirs seront-ils menacés ? Certains bouleversements interviennent déjà : avancement de la date des vendanges, avancement de la floraison. Le changement climatique participe à la modification de la carte agricole mondiale. A la fin du siècle, la productivité agricole pourrait varier de – 50 % pour les pays de l’hémisphère Sud à + 15 % pour ceux de l’hémisphère Nord. Les régions tempérées seront ainsi favorisées par le réchauffement climatique et les autres en subiront des conséquences négatives. Après les questions liées à l’eau - celle de la mer qui monte inexorablement et qui interroge notre manière d’habiter le territoire (première conférence) puis celle des cours d’eau qui débordent régulièrement et qui interpelle tout autant nos décisions (deuxième conférence)- nous abordons la problématique du changement climatique et du réchauffement de notre planète. Alors que la COP 21  vient tout juste de se tenir et s’est conclue sur une note plutôt positive en termes de volonté d’agir, il nous a semblé logique d’aborder ce problème pour compléter le tableau des déterminants de nos conditions de vie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire